ogottogottogott

Publié le par Berliner

Il faut savoir que j'ai toujours (ou presque) travaillé à la maison. (Ça ne veut pas dire qu'on ne

travaille pas, hein, mais juste qu'on n'a pas d'horaires, que parfois on a tellement de boulot

qu'on arrête de dormir, et que ça arrive aussi de ne rien avoir en vue du tout. RIEN.)


Il faut savoir aussi que je déteste les tenues correctes et classiques susceptibles d'être portées

dans un bureau (ou l'idée que je m'en fais). La petite veste et moi, ça fait deux, à part quand

elle est sans épaulettes et qu'elle a un petit truc original (comme des manches ballon pour ma

jolie veste French Connection, mais ça ne plaît pas à tout le monde).


J'ai la chance de bosser dans une branche où on peut faire un peu de fantaisie, même au grand

rendez-vous annuel le plus important du monde*. Et ça me va, parce que si cette semaine-là je

devais déambuler en tailleur dans les allées, je ne serais plus moi-même (oui, j'y vais fort).


Mais là, comme c'est la crise et tout et tout, et qu'il y a moins de travail pour les indépendants

que nous sommes, et que j'ai vu une annonce qui me plaît, une fois n'est pas coutume, je postule

à un poste dans ma branche certes, mais sérieux. TRÈS sérieux.


Du genre sérieux que ça fait deux jours que je retravaille mon cv et que ce matin, après avoir

retourné mon armoire dans l'espoir de trouver la petite tenue sérieuse qu'il faut (on oublie donc

les manches ballon), je suis allée faire des "photos de candidature" comme on dit ici. En gros,

des photos d'identité, mais en plus grand, en plus sérieux faut-il le rappeler, en plus "j'ai deux

minutes pour leur montrer que c'est moi qu'il leur faut".


Je dois être sensible aux flashs, au bout d'onze petites photos j'étais presque en train de pleurer,

ça ne se voyait pas trop quand le photographe m'a montré le résultat sur l'ordi, mais une fois

tout ça imprimé on aurait dit un personnage de manga avec les yeux qui débordent.


Bref.


Il faut savoir aussi (on avait remarqué) que je ne suis pas photogénique. Donc j'étais là,

avec mes photos tristes et mon cd... et mon cd... et mon cd... que j'ai décidé de mettre à

contribution tout de suite : en deux clics j'étais passée de la couleur, peu flatteuse pour les yeux

embués, au noir et blanc et j'avais un peu recadré la chose (sur l'original on dirait que je suis

nue sous ma petite veste)...




Je sais, c'est chiant. Mais pour moi qui déteste cet exercice, c'est presque acceptable, c'est déjà

beaucoup. Et puis je ne pouvais pas parler tout ce temps de ce maudit portrait sans le montrer...


Et je vais me coucher, parce que ces traits fatigués là, pfff....


*The Frankfurt Book Fair, of course


26 nov 2008, portrait studio Pappelallee bricolé par moi

Publié dans photo

Commenter cet article

laurence 16/01/2009 08:20

hey! je viens de lire chez Garance que c'était ce matin l'entretien de ta vie, alors bonne chance! ich drück dir die Daumen, toi toi toi!!
bisou!

Berliner 16/01/2009 13:32


merci,c'est vraiment gentil à toi... bon, je n'ai pas une super impression, mais on verra...